Comment ça marche ?

La plupart des sites de signets en ligne (social bookmarking en anglais) fonctionnent sur le même principe : une fois inscrit sur le site, on installe un bouton supplémentaire sur son navigateur. Il suffit alors de cliquer sur ce bouton lorsque l’on se trouve sur une page que l’on souhaite sauvegarder. Une fenêtre s’ouvre alors, qui permet d’ajouter une description à la page sauvegardée, ainsi que des mots-clés pour la classer.

Et voila, vous pourrez ensuite retrouver facilement cette page et la partager avec vos amis, vos collègues, vos étudiants ou avec le monde entier ! Si vous voulez en savoir plus, vous pouvez consulter une vidéo de présentation de l’étiquetage social. La vidéo est en anglais, mais de nombreux sous-titres (dont le français) sont disponibles…

Quel site choisir ?

Les sites proposant ce type de services sont très nombreux, voici ma sélection :

- Le plus complet : Diigo

diigo-logo

C’est pour l’instant et de loin l’outil qui offre le plus de possibilités. Outre une interface de consultation très ergonomique, il permet de garder une copie des pages sauvegardées, de surligner des passages d’un texte en ligne, d’y ajouter des annotations ciblées, de créer des groupes de partage, des listes thématiques… C’est l’outil que j’utilise désormais. Seul défaut pour l’instant, il n’est qu’en anglais (mais la traduction du site en plusieurs langues est prévue…)

Un ensemble de vidéos (en anglais…) vous permettra de découvrir cet outil ; des informations complémentaires sont également disponibles dans la section d’aide du site. Cette dernière est en anglais, mais il est possible d’en consulter une version traduite automatiquement 

- Le plus populaire : del.icio.us

logo delicious

Premier site de partage de signets à avoir été créé, del.icio.us est de loin le site qui rassemble le plus grand nombre d’utilisateurs. Si ses fonctionnalités restent limitées par rapport à Diigo, il est intéressant d’y faire des recherches parmi les signets partagés des utilisateurs. L’ensemble de ces signets constitue en effet une immense banque de ressources, triées par des individus, et non par un algorithme (comme Google).

Del.icio.us est également le plus utilisé par les développeurs Web pour combiner sa base de données avec d’autres applications : des moteurs de recherche, des générateurs de “nuages de mots-clés”, etc. Si vous avez un compte sur Diigo, mais que vous souhaitez profiter de ces applications composites (mashup en anglais) , vous pouvez également ouvrir un compte sur del.icio.us, et le synchroniser avec vos signets Diigo.

Malheureusement, ce site n’existe lui aussi qu’en anglais, et n’a pas connu de développement depuis plusieurs années.

- Le plus international : Mister Wong

Mister Wong est un autre outil de partage de signets, qui offre des fonctionnalités de classement et de partage similaires aux autres services, ainsi que des fonctions sociales (création de groupes notamment). Son principal avantage est la localisation de son interface en plusieurs langues, dont le français, l’allemand, le chinois, etc.

Bien utiliser son outil d’étiquetage social

Vous trouverez ici et différents conseils pour tirer au mieux parti de votre outil d’étiquetage social. Ces conseils ont été rédigé à partir de del.icio.us, mais ils peuvent s’appliquer à la plupart des outils du genre.

Quel intérêt pour l’enseignant ?


  • Se constituer une base de ressources pédagogiques. Avec ces outils vous pouvez classer et archiver au fur et à mesure de vos recherches Web tous les documents qui vous semblent intéressants pour une éventuelle exploitation pédagogique. Diigo vous permet également de conserver une copie de la page sauvegardée (au cas où le site disparaîtrait) et d’y ajouter des annotations sur les possibilités d’exploitation en classe par exemple.
     
  • Archiver les sources d’une recherche. De la même façon, si vous effectuez des recherches en vue d’une publication (article, essai, etc.), vous pouvez ainsi non seulement conserver et classer toutes vos sources, mais aussi (toujours avec Diigo) en extraire les citations et passages importants.
     
  • Partager des ressources avec une équipe. La dimension collaborative de ces outils facilite la mise en commun de ressources autour d’un projet, ou d’une équipe pédagogique.
     
  • Eduquer ses étudiants au respect des sources. Dans le cadre de travaux universitaires, demander aux étudiants de partager sur Diigo leurs sources et leurs annotation et commentaires peut être une bonne façon de lutter contre le plagiat.
     
  • Annoter un site pour ses élèves. Dans le cadre d’une activité sur Internet donnée à des élèves, l’enseignant peut avec Diigo ajouter des notes sur la page pour apporter aux élèves des informations supplémentaires : traduction de mots compliqués, explications complémentaires, etc. Pour que ces notes soient visibles, il faut cependant qu’un compte Diigo soit ouvert sur l’ordinateur.

Et vous, avez-vous d’autres idées d’usage de ces outils ?